La conjoncture touristique

  • La conjoncture touristique

    La conjoncture touristique

La conjoncture touristique it

Une saison estivale 2013 en demi-teinte

Résumé = Cet été, les Italiens devraient choisir des destinations plus proches, impactant les arrivées des destinations extra-européennes et d’Europe du Nord. 25% d’entre eux envisagent de réduire la durée de séjour.L’industrie touristique italienne quant à elle, devrait subir un recul des arrivées étrangères en 2013.

Près de 32 millions d’Italiens s’offriront au moins une journée hors du domicile durant l’été, tout en réalisant des économies.

  • 32% des touristes Italiens choisissent des destinations plus proches ;
  • 25% réduisent la durée de séjour ;
  • 18% partent en hors saison ;
  • 34% ne modifieront pas leurs habitudes

 La réduction des dépenses se concentre notamment sur les loisirs et l’hébergement. La répartition des départs en vacances :

  • 9,7 millions de touristes Italiens (soit 30%) au  mois de Juillet ;
  • 13,4 millions (42%) au mois d’Août ;
  • 8,1 millions privilégient les mois de mai, juin et septembre
  • D’autre part, 50% des touristes partiront au bord de la mer, 14% choisiront le tourisme culturel, et enfin 12% iront à la montagne.

Concernant les destinations locales, les Pouilles arriveraient en tête, suivie de la Toscane, de la Sardaigne et de la Ligurie.De plus en plus d’Italiens recherchent des vacances dites « actives » :

  • 53% : Les excursions
  • 35% : Les visites culturelles
  • 27% : Les activités sportives
  • 11% : L’œno-gastronomie. 

 Moyens de transport :

  • 65% : Voiture
  • 21% : Avion
  • 7% : Train 

 En outre, 28% des voyageurs en avion déclarent louer une voiture sur le lieu de vacances.

Les arrivées étrangères sur le territoire italien devraient diminuer de 1.6% entre Mai et Octobre 2013, par rapport à la même période l’année précédente. L’impact sur le chiffre d’affaires de l’industrie touristique serait de l’ordre de -7.8%. 

Concernant les départs des Italiens à l’étranger, la majorité des destinations Européennes et extra-Européennes verront  une baisse des arrivées en 2013, tandis que l’Europe du Sud et de l’Est resteront les destinations privilégiées des  touristes Italiens.

A noter que dans un contexte économique aussi difficile, le modèle all-inclusive est particulièrement apprécié par les vacanciers.(sources : Observatoire Europcar - Confesercenti-Swg - CISET).

Les chiffres clés de l’hôtellerie italienne (source : Federalberghi)

 

-4.7%


Le diminution du nombre d’employés du secteur touristique au premier trimestre 2013 (par rapport à la même période de l’année précédente)


-4.4% 


La baisse du nombre de nuitées des Italiens au premier trimestre 2013.


+3.7%


L’augmentation du nombre de touristes étrangers en 2012.


-811 unités


La différence entre les ouvertures et fermetures d’établissements de logements touristiques en 2012.


 +4.8%
 -1.2%


RevPAR* en Europe (Italie exclus) pour 2012
RevPAR en Italie pour 2012


6 points 


Différence globale entre l’Italie et l’Europe
*Revenu par chambre disponible


114 milliards €


Le montant de la consommation annuelle de produits touristiques en Italie (30 milliards € proviennent des touristes étrangers).


375 millions 


Le nombre de nuitées réservées chaque année en Italie (dont 250 millions dans des structures hôtelières).


467 


Le nombre de municipalités qui appliquent la taxe de séjour (ce qui représente environ 50% des logements touristiques en Italie).


173 millions €

 

Les revenus générés par la taxe de séjour pour les municipalités en 2012 (chiffre qui pourrait atteindre les 250 millions € en 2013).

 

Provenance des  touristes étrangers vers les destinations balnéaires italiennes.

  • Allemagne :28.5%
  • Suisse : 19.6%
  • Russie : 10.2%
  • France : 8.9%
  • Autriche : 7.2%
  • Grande Bretagne : 6.0%
  • Hollande : 5.5%